Le 23 Novembre à 20h30 a eu lieu une réunion d’information sur les AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne), organisée par l’association ABEIL. Un bonne quarantaine de personnes étaient présentes, toutes soucieuses de la qualité de leur alimentation, d’une agriculture respectueuse de l’environnement, et animées d’un esprit de solidarité.

Madame Christel Ledun, présidente du Réseau des AMAP de Haute-Normandie, nous a présenté le fonctionnement et les conditions de mise en place d’une telle structure.

- La création d’une association n’est pas indispensable. Il peut s’agir d’un regroupement de personnes volontaires avec un trésorier pour centraliser les chèques.

- Organisation fondée sur la confiance et la solidarité, pour soutenir de petits producteurs dans leur volonté de promouvoir une agriculture locale, saine, respectueuse des traditions, des saisons et du juste prix

- Engagement d’au moins un agriculteur dont les pratiques sont respectueuses de l’environnement

- Engagement réciproque des consommateurs : ils doivent acheter chaque semaine pendant au moins 6 mois (le plus souvent, selon les modalités définies par  l’AMAP) un panier de légumes de saison, par exemple , qu’ils n’auront pas choisis, et qui devra être payé d’avance sur une durée définie au préalable. Cela permet d’assurer un revenu au maraîcher et de lui permettre de planifier ses semis.

Les consommateurs deviennent donc des « consom’acteurs » qui peuvent aussi bien aller proposer leur aide pour désherber, qui participent au maintien d’une économie locale, voire encouragent de jeunes agriculteurs à s’installer.

soiree_amap

Trois producteurs étaient présents : Vincent, maraîcher à La Neuville depuis quelques années. Il n’utilise ni engrais, ni pesticides, et souhaite parvenir à généraliser l’emploi de plants bio à toute son agriculture. D’ici 2012, il passera à 2 hectares d’exploitation. Vincent vend ses légumes à l’étalage 2 fois par semaine (le mercredi après-midi, sauf en hiver, et le samedi matin,  à l'intersection de la rue des jardins et de la rue de la mare Durand). Pour compléter, il propose des paniers (10 et 15 euros) à domicile (regroupements), sans nécessité de régularité comme dans une AMAP. Il n’est  pas contre une création d’AMAP sur La Neuville, mais apprécie aussi la convivialité qu’offre la vente directe sur le marché, quand les consommateurs choisissent leurs légumes…

Yves produit actuellement volailles, œufs, salades… qu’il souhaite labelliser bio prochainement. Il a soutenu Vincent dans son installation et insiste sur le côté solidaire de l’AMAP, qui soutient les petits producteurs et dynamise l’économie locale. Ses produits sont à vendre chez lui, à l’extrémité de La Neuville (côté château Anquetil, route de Radepont)

Monsieur et Madame Breemeersch, éleveurs de chèvres et producteurs de fromages, font déjà partie de l’AMAP de Romilly sur Andelle, et ont un réseau de distribution diversifié (Panier-Sympa, Intermarché,.. ). Ils seraient intéressés par la création d’une AMAP dans leur village. On peut acheter leurs fromages à la ferme (rue du Boc). Ils ouvrent aussi leurs bâtiment aux écoles (ferme pédagogique)

Toutes les personnes présentes s’accordent à dire que le principe de solidarité sur lequel repose l’AMAP est intéressant et y adhèrent théoriquement.  Cependant les contraintes de régularité , l’absence de choix dans les légumes par exemple, mais surtout l’envie d’une convivialité retrouvée autour d’un marché font que peu de personnes se voyaient devenir membre d’une AMAP locale. Certains Neuvillais cultivent d’ailleurs leur potager…

D’où l’idée partagée d’un système mixte AMAP/marché .

A suivre....

Un grand merci à Sophie C. pour cette article

Flyer_AMAP